Au coin du tonneau

Les grumes se sont empilées par la force des hommes,
Attendant tour à tour de devenir billon,
Certaines, aurait préféré finir en tome !
Sur leurs couvertures, ornées de papillons.

Des merrains séchés, arrivent les douelles,
Tous de douceur à la mise en rose,
Assouplies par les étincelles…
Plus qu’un travail, une prose.

Te voilà façonné, par les mains de ton tonnelier !
Moment de chauffe pour libérer tes arômes,
A la vue, au toucher, tout est régulier !
Te voilà prêt ! d’accueillir le breuvage des gastronomes.

Au coin du tonneau !
Placé à l’ombre de ma cave,
A la lueur d’une bougie, je vous tire mon chapeau,
A vous les hommes de drave.

Eddy ©

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s